· 

Télétravail : Y a-t-il des risques pour les salariés?

 

Aujourd’hui, dans un contexte où les conditions de transport ont été largement perturbées, le télétravail représente une alternative très intéressante, aussi bien pour les entreprises que pour les salariés.

 

Entre économie d’espace, diminution de la fatigue, des risques d’accidents durant les trajets et meilleur équilibre entre vie personnelle et vie professionnelle, le télétravail semble avoir tout pour lui.

 

Toutefois, cette façon de travailler possède également une part sombre, celle des risques psychosociaux.

 

Les risques du télétravailleur

 

Les risques psychosociaux liés au télétravail sont bien réels.

 

Même s’ils peuvent être identiques à ceux d’un salarié en poste, il n’en demeure pas moins que le télétravailleur doit faire face seul à ces situations.

 

Les risques peuvent être ainsi induits non seulement par l’activité professionnelle exercée, mais également générés par une (mauvaise) organisation du travail, une mauvaise posture, ou des relations professionnelle néfastes.

 

Définis par l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité), les risques psychosociaux sont inhérents à des situations où l’on rencontre également — ce n’est pas systématique, rappelons-le — des situations de stress, des violences internes au sein de l’entreprise, du harcèlement moral ou sexuel, ou encore des conflits entre les personnes ou au sein des équipes.

 

Concrètement, le télétravailleur peut ressentir un sentiment d’isolement professionnel et social du fait de la séparation physique avec l’entreprise.

 

Il peut également développer un risque de burn-out s’il ne parvient pas à se mettre de limites. Aussi, on découvre alors que la vie professionnelle empiète dangereusement sur la vie personnelle.

L’une et l’autre se confondent au point où le travailleur ne peut plus faire la différence et ne parvient plus à compartimenter ses priorités.

Prévention des risques

Il est de la responsabilité de l’employeur d’évaluer ces risques physiques et psychosociaux en lien avec le télétravail.

 

Ainsi, il doit être capable de prendre les mesures adéquates pour s’assurer de la sécurité de ses employés et les protéger (art. L421-1 et 2 du Code du travail).

Si ces sécurités ne sont pas respectées, l’employeur s’expose à des sanctions civiles et pénales.

 

Comment faire ?

En instaurant des procédures d’appels téléphoniques pour les situations urgentes, des procédures de déclaration de blessures, en instaurant un suivi médical pour les télétravailleurs.

La formation des télétravailleurs

Une dernière chose à mettre en place est de proposer des ateliers d'information et de sensibilisation spécifiques aux télétravailleurs.

 

Les ateliers portent autant sur :

·   La prévention des tensions émotionnelles ainsi que des modes de gestion de ces dernières : techniques de dialogue, de gestion du stress, de communication, gestion de l’agressivité de la clientèle, etc.

·   La gestion du temps de travail : apprendre à hiérarchiser les tâches et prioriser, développer une capacité de synthèse et d’organisation.

·    Le risque auditif, pour les personnes travaillant à un poste téléphonique.

·  Les postures de travail face à un écran pour éviter les troubles musculo-squelettiques.

· Les outils NTIC (Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication) et les logiciels.

 

Enfin, que le télétravail soit régulier ou occasionnel, il peut être mis en place par le biais d’un accord collectif, institué dans la charte de l’entreprise ou par un accord simple entre l’employeur et le télésalarié.

 

L’important est d’indiquer les modalités de contrôle du temps de travail et de déterminer les plages horaires durant lesquelles l’employeur peut contacter le télétravailleur.